Aujourd'hui
/

AGENDA

08h00 - 12h00
Organisateur : Association de pêche de COMMER
15h55 - 00h00
à Commer à 15h59
15h00 - 19h00
Organisateur : ADSB 53470
salle de loisirs Martigné
15h00 - 19h00
Organisateur : ADSB 53470
salle de loisirs Martigné
Journée entière
Organisateur : Association Etoile Bleue football
Salle des Lilas

Album photo

COMMER trouve ses origines à l’époque gauloise ou mérovingienne avec les noms de COMELEA, COMERIA, COMERUM ou VILLA COMETAS. Acquise, au VIème siècle, par Saint-Hadouin, évêque du MANS, puis léguée en 642 à l’abbaye d’ÉVRON, notre commune quitte le patronage de l’église en 1204 pour rejoindre la féodalité avec Guillaume de COMMER et Gautier de COMMER.

Aux XIVème et XVème siècles, lors de guerre de 100 ans, alors que les Anglais tiennent « notre » château du Bois-au-Parc, les habitants sont contraints de prendre des lettres de sauvegarde de la garnison anglaise de Mayenne.

A l’aube du XVIIIème siècle, l’agriculture se transforme, avec l’implantation des pommiers et du sarrasin, mais aussi et surtout avec la culture du lin… une petite révolution qui permet à la Mayenne de devenir le premier producteur français de toiles. Une nouvelle corporation apparaît au village : les tisserands.

L’esprit révolutionnaire de la municipalité de COMMER se manifeste lors de la rédaction du cahier des doléances de 1789 pour demander l’expulsion des sœurs de l’école. Elle sera, dans le canton, la première à le faire.

L’actuel tracé de la route, qui traverse l’agglomération date de 1836 ; la physionomie de notre bourg avec ses maisons bordant la rue date de cette époque.

Alors que la Mayenne vient d’être rendue navigable, la gare de chemin de fer de COMMER est ouverte au public en 1862. Pendant cette période d’activité florissante notre commune compte 1500 habitants.


Le 25 mars 1887, après cinq années de travaux, la construction de l’église est achevée.

    A la fin du XIXème siècle, le COMMER joyeux que l’on appelait « le petit Paris » comptait 23 menuisiers, charpentiers ou charrons, 7 maréchaux, 8 maçons, 20 commerçants, 18 débitants de boissons, 3 tailleurs, 20 couturiers, 8 cordonniers-bourreliers, 16 employés de chemin de fer, 2 curés, 5 instituteurs…

 

Au cours du XXème siècle, la disparition des tisserands, la migration du monde agricole vers la ville et le développement économique des villes environnantes à partir des années 1970, vont transformer profondément le paysage local. Sa population qui a ainsi connu une chute vertigineuse est passée de 1274 habitants en 1900 à 608 en 1975 pour aborder le nouveau millénaire à 1108 habitants …et continuer de croître actuellement.

ACCÈS RAPIDE